Un petit Iphone 4 pour la fête des pères ?

Iphone4

Iphone4

C’est officiel, Apple lors de sa fameuse « Keynote » a dévoilé en grandes pompes son nouvel opus iPhone : L’iPhone 4. Inutile de vous faire une description technique, des dizaines de sites en parlent. En résumé c’est un iPhone plus, logique suite de son ainé avec de meilleures performances, des améliorations mais pas de révolution : Le système reste vérouillé et inutile d’essayer de jouer à des jeux en ligne en flash, bien entendu. Si vous voulez faire « mumuse », il vous  faudra mettre la main au porte-monnaie dans l’Appstore. La révolution apple, c’est sans doute une efficacité marketing redoutable qui met tous les journalistes à leurs bottes…Apple, depuis la sortie de ses fameux ordinateurs « imacs » dans les années 2000 s’est engouffré dans un nouveau marché du multimédia grand public en apportant un soin tout particulier au design de ses machines qui fut à l’époque une alternative sérieuse au monde de Windows : développeurs, graphistes, néophytes s’attirèrent la sympathie de Macintosh avec des appareils accessibles, facile à prendre en main et qui restèrent surtout une manière d’être anti-conformiste vis à vis de bill Gates, ce qui permit à Apple d’avoir une clientèle ultra-fidèle même si le parc informatique ce celle-ci ne représentera pas plus de 15 % des Personnal Computers dans le monde.

Puis Apple frappa un grand coup en sortant son fameux système d’exploitation « Mac OSX » dont windows aura du mal à rattraper le retard sauf peut être avec Seven. Graphiquement et en terme d’ergonomie, l’avance était considérable. Itunes sort dans la foulée et prend de court le piratage en facilitant l’achat en direct.

La suite, tout le monde la connaît, Apple se lance dans un marché où personne ne les attendaient : celui des mobiles ! Et là, Steeve jobs assomme tout le monde en présentant un téléphone qui va rester en avance technologique et pratique pendant plusieurs années. Un téléphone mobile ultra-plat au design impeccable qui prend le pari de l’ecran tactile, permet de surfer mieux que tous les autres mobiles de l’époque, sur internet avec des applications qui appuieront son succès : Shazaam, AroundMe, Google Earth, facebook…

Le mal est fait : l’iPhone est un carton et s’impose comme LE téléphone mobile de référence. L’Appstore devient une source de revenu considérable pour Apple et se nourrit de tous les développeurs passionnés qui en échange d’une courte gloire, agrémentent le contenu du géant de la pomme.

Et là, Apple devient un mastodonte du numérique. Dès lors, de peur d’être pris de court par un énième succès supplémentaire, les moindres déclarations et informations du géant sont attendues comme parole de messie sur l’ensemble du monde du journalisme et de la blogosphère : La publicité se fait toute seule, les critiques restent peu relayées, toutes les futurs produits qu’Apple développe sont puissamment repris dans la presse. Le dernier exemple en date : l’iPad qui n’a pourtant rien de révolutionnaire par rapport à des tablettes comme celles d’Archos et une resolution/capacité assez médiocres par rapport à un PC portable, réussit néanmoins à se vendre comme des petits pains.

Tout celà est le fruit d’une stratégie désormais d’une efficacité terrible permettant une manipulation indirecte de la presse par la peur du « je risque de rater la vague si je n’en parle pas ». La puissance affichée se fait remarquer par la population qui s’interesse logiquement à ces produits : C’est l’effet boule de neige. Cette technique marketing s’applique aussi quand Steeve jobs veut évincer les petits malins qui développent des outils pouvant contourner le système fermé de Apple. Ainsi, la fameuse histoire avec la société Adobe qui developpe entre autre le fameux logiciel Flash, à grands coups de communiqués le géant de la pomme a ainsi convaincu jusqu’à des bloggers spécialisés que flash n’est pas indispensable, qu’il prend de la ressource, qu’il a des plantages etc… Si certaines choses restent vraies, elles sont aussi valables pour l’ensemble de OS et logiciels du marché. Qui n’a jamais connu un plantage du systeme OS X ? De Windows XP ? D’itunes ? Avec les célèbres « erreur type X, l’application va fermer ». Et paf, flash est pointé du doigt relayé par tout une presse dont une partie n’y connaissant rien, l’information a été diffusé « bêtement » et le mal est fait pour l’image de la société Adobe.

Reste Google, dont le système d’exploitation « Androïd », qui supporte par ailleurs flash, qui puisse rester une alternative sérieuse au monopole de Apple.

Articles sur le même sujet :

Tags: , , ,

Les commentairs sont fermés.